Témoignage d’un célibataire. (86 pages Word )

L’histoire:

Féru de sexologie et ancien footballeur professionnel, Patrick Nervi est devenu haltérophile compulsif par pure nécessité. Depuis qu’il a quitté Lisa, il a repris ardemment les recherches du médecin psychiatre Wilhelm Reich sur la fonction de l’orgasme et l’amour. Mais son karma négatif se précipite. Peu après son départ, Lisa s’est suicidée. Il est forcé de faire interner sa mère dans une clinique spécialisée pour une forme précoce de la maladie d’Alzheimer. Pour couronner le tout, Patrick, qui comme tout futur psychanalyste suit aussi une thérapie, serait atteint d’un mal étrange: schizophrénie hallucinatoire à caractère paranoïaque. La bonne nouvelle, c’est que son état serait passager. C’est du moins ce que pense son psy et ancien prof de fac, le docteur Sandor Doszinescu.

Tout commença par cet accident de trampoline, où le héros rencontre deux entreprenantes élèves en pharmacie d’une beauté surnaturelle. Gaïa et Kléa entraînent le héros malgré lui dans une partie de triolisme insensé, qui le laisse dans une espèce de coma extatique. Peu après, elles disparaissent dans la capitale sans laisser de traces. Profitant de son physique exceptionnel et d’un charme fou, Patrick se lance à leur recherche dans toute la ville; le jour, il quadrille toutes les pharmacies, la nuit, les lieux de rencontre des plus selects aux plus glauques. Malgré toutes ses rencontres, ses expériences sexuelles restent atrocement décevantes. Gaïa et Kléa sont introuvables. Persuadé qu’elles détiennent une petite fiole d’orgone, cette substance dont Wilhelm Reich a postulé l’existence dans les années 30, il élabore un plan infaillible pour les revoir.

La thérapie freudienne conduite par le docteur Doszinescu est totalement inefficace. Les symptômes de Patrick Nervi ont empiré. L’ entité maléfique qui le suit partout dans le gymnase n’est pas une hallucination, du moins en est-il convaincu. Le vieux Garuda comme il l’appelle, a un but bien précis que le lecteur découvrira au fil de cette nouvelle parsemée de flash-back et de dialogues captivants (du moins je l’espère!) , jonglant avec les mythes bouddhistes et la pensée profondément antisystème de l’ancien élève génial rejeté par Freud: Wilhelm Reich.

Merci de votre attention. Nouvelle entièrement gratuite, réservée aux abonnés que je remercie au passage et prie de noter leur e-mail ici pour me faciliter le partage:

J’enverrai le fichier sur votre e-mail perso une fois votre abonnement confirmé!

N’hésitez pas à m’écrire votre feed-back ! Merci!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :