Transhumanisme (Slam)

Être enfin immortels,
Dans un monde idéal,
Baigné d'éternité,
Sans plus rien à gagner,
Sauf l'argent pour se payer,
Un foie, un bout de cervelle,
Ou ma foi plus radical,
Un nouveau corps,
Un nouveau support,
Réplique formelle,
De l'original.

Adieu espoir matinal,
Hasard d'un nouveau jour,
De recherches futiles,
De rimes originales,
D'un autre poème,
De questions inutiles,
Telles que pourquoi le mal?
Pourquoi Dieu est sourd?
Pourquoi l'on aime?
Fini l'éthique,
La morale,
Les prises de têtes,
Les voies philosophiques,
Tout sera ramené,
À quelques épithètes:
Médical, chirurgical, vital.
Tout sera calculé,
En fonction du capital,
Pesé, selon le cours,
De tel ou tel organe,
Ou implant de secours,
Pour tel privilégié,
Qui peut mettre le prix,
Fini les maladies,
Elles deviendront une panne,
Une interruption momentanée,
Une mise à jour de programme,
De tel ou telle nanti,
Tel ou telle notable,
Selon que vous serez,
Riche ou misérable.


Adieu l'amour, la compassion,
Fini la politesse, les chichis,
Le monde meilleur,
De Gandhi ou de Gramsci,
Les fariboles de la révolution, 
Un monde pour les rêveurs,
Ou pour les cons.
Les trafics d'organes,
De tissus optimisés,
Seront légion,
Les Blancs, les noirs, les jaunes,
Tziganes ou autochtones, 
Sur le marché des clones,
Seront des provisions,
Une seule priorité:
Satisfaire la demande,
De chair jeune et fraîche,
Des pièces de rechange,
Qu'on élèvera en secret,
Comme des enfants en crèche,
Corps strictement réservés,
À tous les oligarques,
Satrapes et autres monarques,
Qui se serviront comme d'habitude,
Comme des sauvages,
Dans l'immense parc,
La réserve inépuisable,
Du peuple-troupeau d'élevage,
Cent pour cent interchangeable,
Nouveau sujet d'étude,
Réduit à la servitude.

On dira que j'exagère,
Peut-être un peu, je l'espère,
Que le transhumanisme,
Rime avec optimisme,
Que chaque personne profitera,
De l'avancée médicale,
C'est ce qu'on disait déjà.
Pour l'économie libérale,
Le ruissèlement de richesses,
Les citoyens dans l'allégresse,
Le confort et la santé,
Dans toutes les contrées,
Les campagnes et les cités,
Etc, etc...
Qui peut encore croire ça?

Nous savons que le commerce,
Tout comme la science,
Sont exactement l'inverse,
D'un examen de conscience,
L'un prend la main d'œuvre,
L'autre prendra les mains,
Les bras, les jambes, les reins,
Comme une horrible pieuvre,
Sans se soucier de rien.

L'homme du futur sera un corps,
Répliqué et rapiécé à l'infini,
Ni heureux, 
Ni malheureux,
Sous perpétuelle anesthésie,
Un être sans être,
Sans nul autre espoir,
Que l'avoir, l'avoir, l'avoir…
Ressuscité encore et encore,
Inutilement renaître,
Sur une terre de fureur,
De la loi du plus fort,
De la loi du meilleur,
Du meilleur génome,
Un être factice,
Qui s'appelait "Homme"
De humus, "la terre",
Un être qui pour vaincre la mort,
Tuera père et mère,
Trahira frère et sœur,
N'en déplaise à Schopenhauer,
Un être qui pour vaincre la peur,
Sacrifiera son cœur.

Publié par Maior Liberis

J'ai été fan de Michel Onfray de longues années ...Mais je prends mes distances, à la fois reconnaissant, déçu et en colère. Ce qui me motive? Vous le découvrirez avec plaisir j'espère ... Merci de votre attention!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :